Ce que j'ai mis en oeuvre pour lutter contre les punaises de lit

Publié le par calou

Septembre 2012, en premier lieu j'ai utilisé des pesticides bio à base d'huiles essentielles et d'insecticides naturels pour désinsectises les bagages.

J'ai décollé les lit du mur et je les ai isolé du sol en plaçant les pieds de lits dans des pots remplis de terre de diatomée. La surface extérieure des pots est régulièrement recouverte avec du double face. L'objectif est de piéger le maximum de bestioles et de freiner leurs déplacements vers nous.

En même temps, j'ai, dès le départ utilisé le nettoyeur vapeur pour désinsectiser les lits, fauteuils...avec l'aspirateur ce sont des armes très utiles que j'utilise chaque jour ou presque depuis cette infestation.

J'ai utilisé et j'utilise encore la congélation (-20 sur 8 jours) pour tout ce qui ne peux ni laver ni passer au sèche linge ou au nettoyeur vapeur (livres, jouets accessoires divers, nourriture...) j'ai répandu le long des murs de la terre de diatomée sur les parquets et j'ai posé du double face sur les sol carrelés.

La mairie avait utilisé un fumigène "débusqueur" en bombe de la marque "Digrain" associé à un produit a base de" diclorvos" et "pyretrynoides" en pulvérisation au sol...

La société de désinsectisation avait alterné tantôt du "Phoby king" en pulvérisation au sol et tantôt des fumigènes à effet débusqueur. Jamais à aucun des trois passages ils n'ont associé les 2 types de traitements comme cela aurait du être fait pour donner du résultat.

Voyant que cette société n'était pas décidée à faire correctement ce que je lui demandais, puisqu'ils refusaient d'associer pulvérisation et fumigène dans un même traitement malgré mes demandes répétées, j'ai décidé de continuer seule.

J'ai ensuite utilisé moi même du "Phoby king" puis "Phoby dose" en pulvérisation sur le sol, les bas des murs, à l'intérieur des placards, meubles, et boîtiers de prises et, interrupteurs avec en simultané un fumigène contenant des hormones de régulation de croissance.

J'ai cherché d'autres solutions, contacté d'autres entreprises à la recherche entre autre, de traitement thermique ainsi que c'est mentionné sur les sites Canadiens. Hélas une seule entreprise qui pratiquait cette technique ne pouvait pas traiter + de 2 pièces à la fois car ils n'avaient que 2 chauffages. Chez moi c'est toute la maison qui doit être traitée soit 6 pièces, Une autre société m'a garanti de pouvoir éradiquer les bestioles en suivant un protocole draconien (ouverture des prises électriques, dépose des plaintes et surtout utilisation d'un pesticide anglais (non utilisé en non homologué en France pour les habitations, mais uniquement pour les locaux agricoles)

2 cadavres de bestioles trouvés en juin 2014 après le dernier traitement...enfin la preuve visuelle!
2 cadavres de bestioles trouvés en juin 2014 après le dernier traitement...enfin la preuve visuelle!
2 cadavres de bestioles trouvés en juin 2014 après le dernier traitement...enfin la preuve visuelle!
2 cadavres de bestioles trouvés en juin 2014 après le dernier traitement...enfin la preuve visuelle!
2 cadavres de bestioles trouvés en juin 2014 après le dernier traitement...enfin la preuve visuelle!
2 cadavres de bestioles trouvés en juin 2014 après le dernier traitement...enfin la preuve visuelle!

2 cadavres de bestioles trouvés en juin 2014 après le dernier traitement...enfin la preuve visuelle!

En mai 2013 j'ai réalisé que les 4 cheminées d'angles qui se trouvent dans ma maison n'avaient pas été traitées et constituaient une source de ré-infestation régulière. j'ai fait une flambée dans chaque conduit jusque là inutilisé pour détruire les insectes. J'ai obturés les foyers avec du silicone après avoir déposé un insecticide en poudre.

En juillet, j'ai ensuite utilisé "mitic" vendu pour les cas de résistance aux pesticides et j'ai bien cru que nous avions gagné car nous n'avons pas été piqué pendant plusieurs jours, voir semaines. A ce moment j'ai recontacté l'agence régionale de santé pour qu'ils me donnent des pistes techniques ou des adresses et après explication de ma situation, silence radio " à vrai dire, on ne connait pas bien chez nous les punaises de lit, ce n'est pas vraiment dans notre compétence, vous avez recontacté votre mairie?" Ce que je fis pour m'entendre dire "non après la tentative que nous avons fait chez vous en septembre 2012, nous avons décidé de ne pas nous occuper des punaises de lit. Adressez vous à nouveau au privé!" vraiment une gageure que de trouver localement des interlocuteurs à la hauteur de la situation avec de réelles compétences techniques sur la question des punaises de lit. L'agence régionale de santé contactée à trois reprises depuis 18 mois, se déclare à chaque fois dans l'impossibilité de m'apporter une aide technique réelle et me renvoie vers le privé. Me vient alors l'idée de chercher la compétence là ou elle est et de m'adresser à un service technique d'une grande ville du sud confrontée aux punaises de lit depuis plus de 15 ans. J'explique ma grande difficulté à trouver de l'aide technique, il me confirme que tout ce que j'ai fait jusqu'ici, était bien vu, mais que les produits efficaces ne sont pas accessibles aux particuliers sur internet. il me confirme l'indispensable association systématique d'un fumigène et d'un pesticide de contact, la nécessité d'alterner les matières actives d'une fois sur l'autre pour limiter l'apparition de résistances et l'obligation de faire à minima 3 interventions à 15 jours d'intervalle. il utilise en plus un gel insecticide rémanent pour enduire les objets-cachettes (cadres, miroirs, bas des murs...) Il se propose même de driver à distance les services techniques de ma ville mais celle ci décline la proposition, idem pour une société locale à l'enseigne nationale avec succursales dans le sud avec qui j'échange à plusieurs reprises sans succès.

En attendant je passe du "rampex" sur le bas des murs et derrière les cadres.

Automne 2013, hélas de nouveau des éclosions ont eu lieu dans La cuisine. Le découragement était tel à ce moment là que je n'ai plus trouvé l'énergie de faire d'autres traitements.

Le temps passant je m'interroge sur la répétition des éclosions dans La cuisine et je décide de m'attaquer au faux plafond. Faute de pouvoir le démonter, je le perfore à distance régulière et Je passe le nettoyeur vapeur dans les ouvertures. pour l'instant cela semble porter ses fruits, nous sommes beaucoup plus tranquilles. Les éclosions en tout cas semblent calmées. L'avenir dira si le faux plafond était le dernier bastion de résistance des punaises chez nous. Je poursuis la bataille avec le nettoyeur vapeur en attendant de trouver d'autres pistes de solution. Je me suis fixée une date buttoir à fin Août fin 2014, si à cette date je ne suis pas débarrassée des bestioles, je quitte ma maison et la laisse inhabitée pour 2 ans. Sans Nourriture sur plus de 18 mois elles mourront à condition toutefois de m'assurer qu'elles ne peuvent survivre grâce à des souris dans la cave ou à un nid d'oiseau dans les combles ....

Pour la voiture j'ai fait un premier traitement bio en attendant l'intervention de la mairie en septembre 2012, à partir de ce moments les piqûres infligées à chaque utilisation du véhicule étaient uniquement des petites piqûres ce qui voulait dire que les adultes étaient morts mais pas les nymphes. J'ai alors posés des pièges passifs (cartons englués) sur les fauteuils et au sol sans résultat. j'étais toujours piquèe à chaque utilisation.

​J 'ai ensuite utilisé "bugator" et pour vérifier l'efficassité de façon objective  j'ai demandé à ma fille de marquer d'un point au feutre chaque piqûre ancienne avant de m'installer dans le véhicule 30 minutes (pour laisser le temps aux bestioles de prendre leur repas) .

Ainsi les nouvelles piqûres sont faciles à repèrer, et beaucoup moins subjectives que la sensation de démangeaison qui pourrait-être psy.

Résultat des dizaines de nouvelle piqûres. Ce produit n'a pas fonctionné dans la voiture.

De toute évidence les bestioles sont très peureuses en ne sortent de leur cachette que lorqu'elles ont identifiè une présence à sang chaud. j'ai donc imaginé de les prendre au piège. Un système fonctionne assez bien c'est le "BB alert mais chaque utilisation pour une nuit revient à 10 euros; trop cher pour être utilisé en curratif. J'ai testé aussi le "first response bed bug" que j'ai acheté très cher et qui n'a absoluement rien pris chez moi. J'ai donc décider de fabriquer un piège artisanal avec une surface collante au milieu du laquelle je place un bouillote chauffe main et une bouteille contenant de l'eau tiede additionnée de sucre et de levure de boulanger. L'objectif était de reproduire les conditions qui sont sensées attirer les punaises: dégagement de chaleur+ humidité+ co2. Résultat mitigé puisque 2 ou trois petites bêtes sont prises, mais le gros de la trouppe n'a pas quitté sa cachette pour ce succedanné de corps humain. faute de mieux je persiste quelques temps pour essayer d'en prendre le maximum mais les températures exterieures ont baissé et c'est le plus grand calme, les pièges ne prennent plus rien, je suppose que les punaises sont entrèes en létargie. La mousse des fauteuils est très épaisse et le nettoyeur vapeur n'est pas totalement efficace non plus. je m'en remet au froids qui arrive et qui peut-être sera assez rigoureux pour éliminer les punaises survivantes.

 

La voiture a été traitée en decembre à trois reprise par des pesticides via la société qui a traité ma maison. Un nouveau test au printemps avec "BB alert" me montre qu'il y a toujours du monde, pourtant depuis la toussaint j'ai decidé de ne plus utiliser la voiture. 18 mois sans nourriture les punaises mourront, si je n'ai pas d'autre solution je mise la dessus pour l'instant.

 

Comme l'hiver 2012 n'a pas été à la hauteur de mes attentes, je mise sur l'été et je decide de transformer ma voiture en étuve puisque 50° C pendant une heure extermine tous les stades. Je profite d'une semaine  de l'été annoncée comme chaude, pour installer un radiatuerr electrique dans le coffre, un thermomettre visible de l'exterieur, et je recouvre ma voiture blanche de sacs plastiques noirs pour optimiser l'effet du soleil. à plusieurs reprises la température est montée près de 50° C. Est-ce que cette surchaffe s'est propagée au coeur des fauteuils et assez longtemps ? Quoi qu'il en soit en Juin 2014 cela fera 18 mois, je vais pouvoir mettre ma voiture à réparer et retrouver mon autonomie pour la rentrée.

 

Ce que j'ai mis en oeuvre pour lutter contre les punaises de lit
Ce que j'ai mis en oeuvre pour lutter contre les punaises de lit

Après deux années de lutte, j’ai lu un article de quelqu’un qui disait d’être débarrassé des punaises en utilisant la terre de diatomée à grande échelle, s’est à dire en en répandant une couche très fine sur toutes les surfaces planes (meubles étagères et sols)

C’est ce que j’ai fait et les piqûres ont cessé. Comme j’avais été profondément traumatisée par cette expérience de lutte, nous avons continué à vivre ainsi plusieurs mois. Régulièrement je retirais toute la terre de diatomée dans l’espoir que ce soit fini et si le moindre bouton apparaissait je remettais de la terre de diatomée. J’étais devenue incapable de faire la part des choses sur la nature des boutons que nous pouvions avoir encore de temps en temps, je savais que nous touchions au but, peut-être même que c’était déjà fini mais je n’étais pas prête à prendre le moindre risque de me tromper. J’ai attendu donc qu’il n’y aie plus de boutons du tout pour cesser la bataille.

 

Aujourd’hui nous avons retrouvé une vie ordinaire, à ceci près que nous nous  sommes bien appauvrie et que la quasi-totalité de nos amis d’avant, nous ont tourné le dos.

Cette expérience fut une descente en enfer d’où nous peinons encore à remonter pour ce qui est du lien social. Toutefois j’en tire une plus grande humilité et beaucoup de compassion pour les êtres qui vivent dans la précarité, puisque j’ai goûté à l’isolement social, à la honte, à la pauvreté. Certains disent que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, alors certes je ne suis pas morte, mais je suis devenue fragile, par contre j’ai grandi en humanité.

 

Publié dans LA LUTTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article